Un coming-out, n’est jamais obligatoire. Vous êtes libre de décider si vous souhaitez en parler ou pas.

Dans le cas où vous souhaitez faire un coming-out, il faut prendre en compte dans quel type contexte vous êtes, s’il est familial, professionnel, amical, amoureux ou neutre.

La première des choses avant de faire un coming-out, est de vous assurer que vous êtes totalement dans un environnement sécurisé et que vous ne vous mettez pas en danger. Essayer de déterminer si vos interlocuteurs sont ouverts d’esprit et ne vous tourneront pas le dos.

Essayez de réfléchir à un plan B si, malheureusement, les choses viendraient à mal se passer. Que cela soit au niveau de la famille, de l’emploi ou autre.

Si toutes les conditions sont favorables et si souhaitez faire votre coming-out, vous pourriez le faire de la manière qui vous semble la plus facile pour vous.

Par exemple, vous pourriez écrire une lettre à vos proches si vous avez du mal à le dire oralement.

Vous pourriez aussi le dire petit à petit, d’abord à des personnes en qui vous avez confiance et avec qui vous êtes sûr.e d’être très bien accueilli.e. Comme par exemple, dans une association ou à des amis très proches qui vous soutiennent depuis toujours ou à un membre de votre famille. En gagnant de la confiance, cela sera plus simple à dire aux personnes qui vous semblent moins ouvertes d’esprit mais à qui vous souhaitez quand même le dire.

Vous pouvez également être accompagné.e d’amis.es ou proches de la famille si vous souhaitez l’annoncer à une ou plusieurs personnes mais que vous redoutez leur réaction.

Pour l’emploi, (Lynn te laisse compléter avec tes idées) …